L’entêtante - Confection de Chansons

Animé par Sébastien Hoffmann

L’Entêtante
Stage de confection de chansons
Extraire des mots leurs mélodies, leurs histoires...

Tout un week-end pour construire ces petits édifices, en éprouver la musique, en faire des bouts de soi, des tableaux dressant le portrait d’un jour. Toutes les chansons seront mises en voix.

A la fin du stage, chacun des participants repartira avec ses "a cappella" sous le bras et dans la tête.

Adultes / Adolescents
1 week-end par trimestre


Il y a ces ritournelles – au matin – qui ne nous quittent pas la tête. Parfois, elles sont de qualité, oui. Oh ! mais souvent …

L’objectif de l’Entêtante : avoir les siennes, de chansons, les siennes propres – ou sales – mais vivantes, à déclamer, à susurrer, à faire tourner… Il s’agit là de construire ces petits édifices, d’en éprouver les structures, la musique, d’en faire des bouts de soi, des témoignages, des tableaux dressant le portrait d’un jour.

Au regard, à l’écoute, au contact des sons voisins, des phrases dites et redites, contrôlées ou impromptues, des humeurs du quotidien, des couleurs en mouvement, nous explorerons la richesse – infinie – des phrasés surgis plus tôt le long d’entêtantes discussions.

Déroulement :
Il s’agira d’abord d’assouplir la matière grise par le biais d’exercices simples (à l’oral puis à l’écrit) reliant incessamment les mots aux images qu’ils contiennent. Et de se jouer d’une ribambelle de situations tissées au fil des idées et de leurs associations.

Une fois l’esprit délié, nous pouvons nous frotter à ce territoire où se rencontrent texte et musicalité (fond et forme). Sur le chemin d’une "bonne chanson" (fluide, imagée, sonnante et non trébuchante, expressive…) il y de quoi mettre la main à la pâte. Entre autres choses à malaxer : le phrasé (la musicalité, la diction), le rythme (les ruptures, les échos), ce que l’on veut y peindre.

Avec une approche instinctive, nous cultiverons les tournures spontanées, les rebonds naturels. Ainsi, nous laisserons surgir les images, toute la matière brute.

Le propos est une histoire. Et l’histoire doit venir d’elle-même – sans aller contre le vent ou satisfaire une convention.

Laisser chaque proposition inviter la suivante, chacun des vers notés poser ses propres questions.

Aussi chercher l’image – qui convoque les sensations. Jongler avec les sons, comme s’il s’agissait de formes, de textures différentes. Laisser résonner les nuances, la teinte de chaque syllabe. Les coller les unes aux autres. Se laisser prendre dans le rythme.

Évidemment ne pas chercher…
Trouver :
- l’angle, l’état d’âme du narrateur
- le mouvement, la vitesse
- le ou les acteurs de la scène, les témoins, les seconds rôles
- les questions en suspens
- les inconnues bienveillantes
Tout cela dans l’ordre de l’envie.

Comme l’on répète les mots, des mélodies surviennent. Nous tacherons de les faire éclore afin que les mots s’en servent et continuent de couler.

Toutes les chansons construites seront mises en voix.

(Des intervenants en chant et guitare pourront venir accompagner les participants dans leurs recherches mélodiques.)

Placées les unes en face des autres les compositions pourront se répondre et peut-être augurer d’autres histoires…

A la fin du stage, chacun des participants repartira avec ses "a cappella" sous le bras et dans la tête.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 469054

Site réalisé avec SPIP + ALTERNATIVES

RSSfr